2/12éme RCA Maroc

18 avril 2011

 

RECITS CONCERNANT  L'ESCADRON

 

 

12_RCA_CLERGEAUD_portrait  Adjudant/Chef Gilles CLERGEAUD - 1958 

 

Ancien Enfant de Troupe, j'ai la chance en octobre 1945, à la sortie de l'école, de choisir l'ABC. Je me retrouve avec 120 camarades A.E.T. de toutes les Ecoles à Rambouillet (Vennerie), Escadron CHEVANT du 12ème RCA, qui revenait d'Allemagne. Ce fut notre premier contact avec les chars, et quels chars ! Après trois mois passés à Rambouillet, j'ai rejoint l'Ecole de Saumur pour une année de scolarité. A la sortie, j'ai choisi le 1er R.M.S.M. à Tours, puis appel de l'Indochine où je partis volontaire. Retour fin 1949 en France avec affectation  à la base de transit de Cherbourg d'où je fis des pieds et des mains pour être muté au 12ème Régiment de Chasseurs d'Afrique. 

 

J'ai rejoint le 12ème RCA à Meknès en avril 1951. J'étais au 2ème Escadron MERCIER où j'ai remplacé l'Adjudant MERRAT, comme Adjudant d'escadron. L'ambiance était agréable, le Colonel BARROU un vrai père et le Capitaine MERCIER un homme chaleureux et humain. Nos Sherman étaient un peu vieillots (Ce sont les Belges qui nous les avaient "refilés"). Je fus utilisé  dans différents secteurs: formation des pilotes, formation des Brigadiers, puis des S/Officiers. En 1953/1954, j'ai commandé le 1er Peloton et j'ai été félicité par le Général DUVAL lors d'une manœuvre à Azrou. Lors d'une autre manœuvre à Guercif avec le 3ème Peloton, ce fut une catastrophe ! Un jeune S/Lieutenant a "foutu en l'air ses 5 embrayages de char M4A1 en tirant un premier char en panne avec un câble d'un 2ème, et les deux premiers avec un autre câble etc...

A notre retour, le Lieutenant JEANDET, Chef du Peloton Echelon, était furieux et a fait un rapport. Quand cela bougeait un peu trop en Médina, il suffisait de montrer les chars pour que cela se calme. En 1955, j'ai quitté le 12ème RCA pour un poste aux Affaires Indigènes (ASSOUL). Je suis revenu au 12ème RCA, commandé par le Colonel HUOT qui me reçut avec beaucoup d'égard et m'affecta au 2ème Escadron, pour peu de temps car je suis tombé en longue maladie et du rejoindre l'hôpital...et quitter le 12ème RCA. J'ai terminé ma carrière militaire en 1971 avec le grade de Capitaine.

.

 

 

 

12_RCA_DONOFRIO_lucien  Chasseur Lucien DONOFRIO - 1951 - Atelier auto.

.

Je suis entré au 12ème RCA entre janvier et février 1951. Il y avait à peu près 15 pieds-noirs, et deux jours après est arrivé le reste du contingent, soit 800 français de la Métropole.  Après 3 mois de classe, j'ai été versé au service auto, toujours au 2ème Escadron, où j'étais chef de chambre. Nous étions 20, et j'ai eu l'occasion de me faire pas mal de copains. Gilbert QUISET (Bretagne), SICARD (Marseille), PINAUD (Arles), LAURENZI (Nice), MOISE (Nantes), BOUDET (?). Je me souviens aussi du S/Lieutenant ou Aspirant OLIVIER ou OLIVIEIRI.

De là, j'ai suivi le cours d'élèves Sous-officiers. Un jour, on m'a retrouvé évanoui entre deux chars. Transporté à l'hôpital, j'y suis resté 6 mois, puis je fus réformé. Cela n'était pas un honneur pour moi !

Nous avions fait nos classes à El Hajeb, un village à 25 km au nord de Meknès. A notre retour, nous avons été mis de garde devant la grande porte de la ville indigène, à cause des attentats.

.

 

 

12_RCA_HUMBERT_22_portrait  MDL Claude HUMBERT - Classe 56 1/B 

 

Appelé avec mes camarades de la Lorraine et de la Champagne, et une traversée sur l'"Ascania", nous arrivons au Quartier Baudot au début du mois de mai 1956.

 -2 mois de classes

 -2 mois de spécialités : permis VL, PL, AM. Radio-chargeur et permis sur le Chaffee M24 (le Régiment vient de se séparer des Sherman)

 

 -2 mois de peloton brigadiers

 -4 mois d'encadrement des recrues des contingents 56/2C et 57/1A.

 Chef d’Escadrons d'instruction : Capitaine JEANDET

 Chefs de peloton : S/Lt CHENU, Adjudant/chef SICARD, Adjudant/chef Ange GIACOBINI

  et autres x..... 

  -début mars 57, je suis affecté au Peloton Porté du 2ème Escadron. Le responsable du Peloton à ce moment-là: MDL/chef RENAULT (je ne suis pas sûr de l'orthographe).

mai juin : Peloton S/off constitué essentiellement par les contingents de la 56/1A et de la 56/1B plus quelques engagés. Je suis ensuite affecté au PHR du 2éme Escadron sur le char de commandement le "Navarre" du Chef d'Escadron, le Capitaine PUJO, et ensuite le Capitaine ROLLAND. 

 

Je participe aux manœuvres et déplacements avec les autres chars des 1er et 2ème Pelotons. Les responsables de pelotons dont je me souviens :

Lieutenant DELATOUR, adjoint au chef d'Escadron.

Aspirant PRINCE, Adjudant/chef DROGUET, Adjudant/chef Ange GIACOBINI, Adjudant/chef DUQUESNE. 

Fin avril 1958, le contingent est libérable. Le 12ème RCA est appelé en Algérie.

Le Lieutenant/colonel HUOT se sépare de la 56/1B. Nous sommes mutés et dispersés vers les autres régiments de l'ABC du Maroc, et je me retrouve au 1er RCA à Rabat.

Ici avec les anciens du 12ème RCA : les MDL HUMBERT - MARTIN - LEBONVALET - GERARD.

12_RCA_HUMBERT_18

Le gouvernement est instable, notre contingent est maintenu pour 3 mois. Nous ne sommes pas dépaysés , le 1er RCA est également équipé de Chaffee M24.

Fin juillet, le 1er RCA est appelé en Algérie, le Chef de Corps n'envisage pas de garder les libérables : nouvelle mutation pour moi vers le 2ème spahis basé à Marrakech. Le contingent est libéré sauf les S/officiers maintenus pour 3 mois. Tout le temps pour moi de me familiariser avec l'EBR.

12_RCA_HUMBERT_19

Si le Lieutenant/colonel HUOT avait su que ses Chefs de chars expérimentés au 12éme en avaient encore pour 6 mois, il les aurait conservés pour partir en Algérie (je pense....).    

 

Les MDL du contingent dont je me souviens :

THIRION André, SAINT DIZIER Maurice, MARTIN, VILLAUME André, BRIDEY Roland, FORNARA Gérard, GÉRARD, LEBONVALLET René, BOULANGER Pierre.

Et ceux avec qui je suis toujours en relations :THOMAS René , GIMENO Jean , BORJA Lucien.

 

Son second récit :

Le 12ème RCA est appelé en secours en montagne.

 

13 décembre 1957. Une jeep et son équipage égarés du convoi du régiment X sont surpris par de fortes chutes de neige sur la route au sud d'Azrou, entre Témahdite et le col du Zade. La mission de recherche arrive au 12ème qui est chargé de former une expédition.

Recrutés chez les skieurs, nous sommes 5 à nous préparer sous la responsabilité du Capitaine LORRAIN (+ 2 chauffeurs). Je regrette vivement de ne pas avoir retenu le nom de mes camarades: un jurassien, un savoyard, un haut-rhinois, le Capitaine LORRAIN et moi-même vosgiens.  

14 décembre. 4 heures du matin, notre équipe est renforcée par 3 légionnaires, tous les trois tyroliens. Nous quittons Meknès direction El Hajeb. C'est là que nous recevons notre matériel individuel : skis, chaussures, cagoule, gants, lunettes, bonnet, fart.....Nous montons les  chaînes sur les roues des véhicules et nous nous dirigeons vers Azrou. La neige tombe toujours en abondance et l'épaisseur augmente avec l'altitude. Par chance, nous rencontrons le chasse-neige qui vient d'Azrou. Nous prenons contact avec le 401ème BMT d'Azrou: les Travaux Publics mettent à notre disposition un chasse-neige à chenilles. La neige tombe toujours, le vent souffle fort, la visibilité réduite à 10 mètres. A la sortie d'Azrou, la neige atteint plus d'un mètre d'épaisseur, la progression est lente. Le chasse-neige tombe en panne d'embrayage. Le Capitaine décide du retour à Azrou pour passer la nuit.

 15 décembre. Les TP ne peuvent plus nous fournir de chasse-neige utilisés pour dégager un sanatorium de 300 malades isolés par la neige. Nous faisons nos préparatifs pour poursuivre en skis. Deux spahis de Fès nous viennent en renfort, mais l'Adjudant de la Légion doit abandonner, ses mains sont gelées et enflées. Les traces de chasse-neige de la veille ont totalement disparu, la neige atteint 1m50 et par endroit des soufflées de près de 2m. La progression de la colonne est  lente, l'homme de tête doit être relevé tous les 200 mètres. Lorsque la nuit tombe, nous sommes au Borj Doumer à 2000m d'altitude. Nous passons la nuit dans une petite cabane, recroquevillés les uns contre les autres, à même le sol mouillé par la neige des skis et des chaussures et des  poutres qui s'égouttent.

16 décembre. Le temps est calme et nous voyons le soleil se lever sur un ciel débarrassé de tout nuage. C'est magnifique ! Après un bon fartage, nous nous remettons en route direction de Timahdite. Le beau temps devait marquer la fin de notre expédition: plus rien n'empêchait l'observation aérienne. Vers 9 heures, un hélicoptère nous lançait le message :

" Retour sur Azrou, la jeep et son équipage avaient rejoint la population d'Aguelmane Sidi Ali et leur ravitaillement était assuré."

Je garde un magnifique souvenir d'entente et d'entraide de cette mission inter-régimentaire.

Je regrette d'avoir perdu le contact avec les Chasseurs, les Légionnaires, les spahis de cette mission.

Nous avons reçu les félicitations du Lieutenant- Colonel HUOT.             

 

                       

 .

Chasseurs de l'Escadron.


                                                                                                                                              

.

 

Le Chasseur de 1ère Classe Robert AUBERT

 

12_RCA_AUBERT_22__en_tenue_d__t_

 

                                                                                            Collection R. Aubert

 

 

Retour vers la page d'accueil du blog

 

 

Posté par auboin à 17:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire